Projets L U T H E R I E    






    PROJET ' CELLOCTO '



1976 - Mittenwald, une erreur de parcours, un cataclysme existentiel, un glissement de structure, non, une obéissance, un deuil nécessaire, une fuite programmée.
Alors, Venise, spéculée, laissée au loin comme un inatteignable à rejoindre. Et puis le conservatoire, emprisonné de gammes et d'études à repérer inlassablement pour la saine écriture qui répète la chanson, inlassablement, un sablage du temps, pour perdre, ce sable, au chemin de nulle part, Holzweg, sur le dos, enchâssé de l'armure du temps perdu, face aux moulins du spectacle des jouissances, aux vinasses des labeurs et prétentions des cultures ... D'un oubli maître, s'y perdre au trou qui sera compostellant, une advention ...



Bref, en 2012, de passage à Fertans, j'ai repris du matériel, et le temps de se mettre à l'établi, le modèle a trouvé sa forme auprès de l'Octogone. Trente ans d'errance n'ont pas été pour rien. Ce site en témoigne. Recherche de structure. L'octogone est le témoin d'un passage, celui de la dimension du plan à celle de l'hyperespace. De la feuille partition au chant de la muse à travers l'espace-temps. C'est pour le moins un lieu musical. Autant en profiter ! Y donner lieu de son illustration : un instrument de musique, un corps de métaphore.









 
Les dimensions conventionnelles d'un violoncelle inscrivent deux octogones superposés. 43 cm et 33 cm font une longueur de table de 76 cm. Grande a été ma surprise de constater que le côté du grand octogone devient le rayon du petit. Nous nous trouvons ainsi au cœur d'une Suite Arithmétique de raison 1,306
 





    MAKING-OF  ' CELLOCTO n° 1 '
























    CONTE RENDU  ' CELLOCTO n°1 - 2013 '

De janvier à juin, six mois de travail, de questionnements, de ruses pour contourner un problème, paniques de fausse route, application intense, bonheur d'avancer ... Les éclisses sont difficiles car j'ai choisi de coller les angles bord à bord plutôt qu'en recouvrement. Le fond et la table, huile de coude et patience. Beaucoup de tâtonnements quant aux épaisseurs. Laisser plus à l'âme -7, alléger aux bords -3,5. Coller la table sur la couronne réserve des surprises, sans doute dues au séchage. Après trois semaines, l'ensemble reprend sa place. Le renversement du manche a été le principal problème, dû à quelque livre trompeur. Le chevalet arrive à la hauteur considérable de 10,7 cm. Après la tentative d'un redressement, j'ai accepté cette hauteur qui va pas si mal à ce modèle charpenté. Le verni est une surprise en découvrant la qualité des produits d'OldWood. Reste le choix des cordes, crucial. Après un essai de nouveau modèle, j'ai repris un vieux jeu de Larsen-Spirocore. L'oiseau vibre incroyablement contre le corps. Les pizz tiennent très longtemps, un peu comme sur une guitare ou une table de clavecin. Table et fond ont chacun seize facettes planes, qui vibrent à plat comme des peaux de tambour. Les graves sonnent très bien, faciles et chauds. Les aigus cherchent encore à s'arrondir. Un réglage de l'âme, ou un nouveau chevalet ...










Plan du Site
© AW - 2013
Contact